Brothers, de YU Hua (Chine)

Publié le par sabine

Ce gros roman (1000 pages) se déroule en Chine à deux époques : la « révolution culturelle prolétarienne » (1966-1969), et l'époque actuelle. Dans une postface très intéressante, l'auteur décrit la première comme étant une « époque de fanatisme, de répression morale et de tragédie », et l'autre « une époque de subversion de la morale, de légèreté et de permissivité ».

C'est l'histoire de deux petits garçons : Li Guangtou, dont le père est mort d'une manière scabreuse, et Song Gang, dont la mère est morte de maladie. Les deux parents survivants se rencontrent et décident de vivre ensemble. Ils annoncent à leurs deux enfants qu'ils sont désormais des frères. Extrêmement différents, ils s'entendent très bien et deviennent inséparables. Li Guangtou est déluré, Song Gang est sage. La « révolution culturelle » arrive dans leur bourg rural (« notre bourg des Liu ») comme un tsunami, et fait des ravages. Les deux enfants se retrouvent seuls, sans aide. Souvent, ils ont pour seule nourriture... leur salive. J'ai trouvé cette première partie du livre difficile à lire, tant il m'était insupportable de voir l’obéissance et la passivité des chinois d'alors : s'ils étaient dans la catégorie « paysans pauvres », alors, sur ordre, ils se déchaînaient contre les autres, ceux de la catégorie « paysans riches » qui, eux, acceptaient de se laisser affubler de chapeaux ridicules, de recevoir des crachats, des coups de pieds, de se laisser enfermer, de mourir sous les coups. Et l'on passait facilement dans la catégorie méprisée.

Adolescent, puis jeune adulte, Li Guangtou est amoureux de la plus belle fille du bourg des Liu. Mais elle ne supporte pas ses manières brutales. Il la poursuit de façon méthodique, il utilise tous les moyens, tous les gens, et surtout son frère, dans le but de la séduire. Et bien sûr, c'est de Song Gang que la belle tombe amoureuse. Mais Song Gang est bien trop timide pour se mettre en travers des projets de son frère. Les « masses du bourg » tiennent aussi un rôle important dans l'histoire des deux frères. Elles se mêlent de tout, rient, donnent leur avis sur ce qui leur arrive.

La vie d'adulte – et la belle Lin Hong – séparent les deux frères : l'un réussit presque tout ce qu'il entreprend, il se lance dans les affaires, fait de l'or avec des détritus, puis des fripes, puis tout. L'autre reste simple ouvrier et mène une vie simple et heureuse avec sa belle... jusqu'à ce que le chômage et la maladie le rattrapent.

C'est un livre intéressant pour ce qu'il nous apprend de la Chine et de la mentalité des chinois. Il est bourré de références historiques, politiques, littéraires. Des notes en fin de livre sont une mine de renseignements. Il est écrit avec un certain humour (l'humour chinois ?). « Brothers compose une véritable odyssée de la Chine contemporaine, de Mao aux J.O. » conclue la 4è de couv.

Publié dans romans étrangers

Commenter cet article