Des nouvelles d’Agafia, de Vassili Peskov (Russie)

Publié le par sabine

C’est la suite de « Ermites dans la taïga », qui se termine par la solitude totale d’Agafia dans cette montagne isolée, après la mort de son père.

Vassili Peskov, le journaliste qui suit sa vie, est relancé par les lecteurs de son journal, qui lui demandent des nouvelles, et qui envoient des objets, de l’argent, pouvant être utiles à cette ermite. Le livre commence en 1992, et se termine en 2008. Agafia refuse fermement de rejoindre sa famille (des cousins de la même confession) dans une communauté, car elle est toujours très attachée à sa foi et ses rites ancestraux, pas toujours suivis strictement par les autres. Il faut dire que les règles qu’elle s’impose sont drastiques !

L’auteur a de plus en plus de difficultés à trouver un hélicoptère qui puisse le déposer près de l’endroit où vit Agafia, car les géologues sont partis, leur base est abandonnée. Il arrive à profiter des hélicoptères employés par les militaires qui viennent dans cette région faire des prélèvements de terre, après le lancement de fusées, dont le deuxième étage est largué dans les environs. Vassili Peskov arrive, bon an mal an, à aller voir Agafia une à deux fois par an. Il lui apporte des poules, des chèvres, un bouc, un chien, du foin, des bougies, des torches avec des piles, quelques aliments. Elle découvre les pommes avec ravissement. Des personnes essaient parfois de se joindre à elle, en quête d’une nouvelle vie, mais en général cela se termine par des dissensions et la séparation. Ce livre est donc une chronique de sa vie, avec ses rencontres (des ours, un loup, de rares randonneurs…), son potager, la pêche, ses ennuis de santé, les hivers rigoureux, les étés parfois trop secs… ou trop humides. Une vie simple et précaire !

Commenter cet article