Et Nietzsche a pleuré, d’Irvin Yalom (USA)

Publié le par sabine

Dans ce roman, Irvin Yalom imagine la rencontre entre deux personnages contemporains, mais qui ne se sont pas connus : Friedrich Nietzsche et Josef Breuer. Ce dernier est médecin à Vienne, il a une quarantaine d’années en 1882, et discute souvent avec un jeune médecin en cours de formation : Sigmund Freud. Il réfléchit à une possibilité de « thérapie par la parole », qui pourrait être la base de la psychanalyse.

Tous ces éléments, véridiques, sont intégrés dans un roman captivant, où Nietzsche, très malade, va consulter Breuer, sous l’influence d’amis. Mais il n’est pas vraiment prêt à se livrer. Alors le médecin invente un stratagème pour qu’il accepte les rencontres une heure tous les jours : il confie à Nietzsche qu’il est désespéré et se trouve prisonnier dans une vie qu’il n’a pas choisie. Il demande à Nietzsche de l’aider, grâce à leurs discussions philosophiques, à sortir de cette impasse, le but réel étant de soigner Nietzsche en établissant une relation d’amitié. Mais Breuer se laisse prendre au jeu, car ce désespoir affiché n’est pas très loin de la vérité. Et Nietzsche oppose une forte résistance et ne se livre pas… Ce n’est qu’à la page 459 qu’il… pleure. La relation que l’auteur invente entre ces deux hommes est très intéressante : « qui est le maître, qui est l’élève, qui soigne qui ? » (extrait de la 4è de couv.)

Ces discussions entre les deux hommes permettent à Irvin Yalom de nous présenter les théories de Nietzsche d’une façon très abordable. Un livre agréable à lire !

Je suis très impressionnée par le talent d’Irvin Yalom pour nous permettre d’aborder des philosophes de façon si simple. Je lui en suis reconnaissante, tant je sais que jamais je n’aurais eu le courage de lire un livre de Nietzsche !

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article