Le bord du monde, de Shel Silverstein (USA), traduit par Françoise Morvan

Publié le par sabine

LeBordDuMonde.jpgShel Silverstein était américain. Il est célèbre aux États-Unis pour ses poèmes et dessins pour enfants. Mais il a aussi composé les paroles et la musique de nombreuses chansons interprétées par lui, Johnny Cash, Mick Jagger, Marianne Faithfull, Jerry Lee Lewis, et d’autres, excusez du peu ! Il jouait de nombreux instruments de musique, écrivait des musiques de film, des pièces de théâtre… Quel talent !

J’avais déjà adoré son petit livre « Le petit bout manquant rencontre le Grand O », à lire à mon avis de 1 à 111 ans, car plein d’humour et de sagesse.

« Le bord du monde » est un livre de dessins et de poèmes pour enfants. Je dois avouer que j’aime surtout les dessins, très drôles. Mais les uns ne vont pas sans les autres. Ce livre est rempli de géants, d’enfants étonnants et polissons, d’animaux bizarres, des sandwichs extraordinaires (aux rillettes ou à l’hippopotame). J’admire beaucoup le travail de la traductrice, par exemple quand je suis tombée sur le mot « quillalavanille » dans un poème nommé « Dix-huit parfums », ou quand j’ai vraiment entendu le bruit de la p’tite loco bleue qui chuchote : « ch’peux, ch’peux, ch’peux, ch’crois que ch’peux, ch’crois que ch’peux ».

Et j'aimerais bien lire la version originale du poème « Kaparaté » :

« Laissons là le karaté.

Jouons au kaparaté

Qu’on appelle aussi

Le karéussi

Loin de se flanquer des coups,

On s’attrape par le cou,

On se fait un grand sourire,

On s’embrasse de tout cœur

Et, dans ce jeu, pour finir,

Il n’y a que des vainqueurs. »

Livre paru aux éditions Memo.

Publié dans poésie

Commenter cet article