Montedidio, d’Erri De Luca (Italie)

Publié le par sabine

C’est le journal d’un garçon de 13 ans, qui vit dans un quartier populaire de Naples, Montedidio. Pendant que ses parents vivent une épreuve difficile et ne s’occupent plus de lui, il va devenir un homme. Il commence à travailler chez un menuisier. Il écoute attentivement les adultes : son patron, mais aussi le cordonnier, venu d’un pays d’Europe du Nord, après la guerre. Et Maria, une voisine de son âge, mais oh combien plus « vieille », qui l’initie à l’amour, tant physique que sentimental.

Ce livre est découpé en petits chapitres, petits fragments de vie que le jeune garçon écrit avec des mots simples, une écriture sincère, où l’on comprend ses inquiétudes, ses étonnements, ses angoisses, ses espoirs.

(le cordonnier) : "Dans mes pensées ou quand je chante, quand je répare un soulier, je sens la présence de mon pays. Il vient souvent me trouver, maintenant qu'il n'a plus une place à lui (...) Quand tu es pris de nostalgie, ce n'est pas un manque, c'est une présence, c'est une visite, des personnes, des pays arrivent de loin et te tiennent un peu compagnie." (le narrateur) : "J'écris sur le rouleau les paroles de Don Rafaniello qui ont mis le manque sens dessus dessous et il est mieux comme ça maintenant. Lui, avec les pensées, il fait comme avec les chaussures, il les retourne sur sa caisse et les répare."

Publié dans romans étrangers

Commenter cet article