Le chat qui jouait aux dominos, de Lilian Jackson Braun (USA)

Publié le par sabine

chat dominos1Au cours d’une discussion avec 3 amis, Jim Qwilleran affirme haut et fort que jamais il n’ira sur Breakfast Island, une île se trouvant sur le lac proche de son village, car il regrette sa transformation en lieu touristique.

Quelques jours après, il s’y installe pour 2 semaines, à la demande d’un ami aubergiste inquiet des nombreux incidents –dont certains sont mortels – qui surviennent depuis peu. Qwilleran est accompagné de ses deux chats siamois dotés, pense-t-il, d’une grande intuition dans les enquêtes policières. Sous couvert d’écrire l’histoire de l’île pour le journal local, il enquête discrètement. Trois milieux se mélangent peu dans l’île :

- Côté tourisme : les hôtels, restaurants, magasins et leur clientèle – la cible des « incidents ».

- Les autochtones, discrets, habitent au centre de l’île, dans des cabanes pauvres. On dit qu’ils n’apprécient pas la transformation de leur île, mais certains sont salariés dans les hôtels et magasins.

- Les « très riches » : quelques familles (dont la famille royale) sont installées depuis longtemps dans de belles demeures, un peu à l’écart.

Qwilleran pense que les chats essaient de lui lancer des messages par l’intermédiaire d’un jeu de dominos, messages qu’il a du mal à interpréter, et qui ne lui paraîtront lumineux que lorsque tout sera expliqué. Explication qui viendra à la fin, grâce au témoignage d’une jeune femme, et qui rend caduques toutes les suppositions de Qwilleran.

L’histoire m’a peu intéressée, les personnages sont assez inconsistants. On peut y trouver en filigrane une critique de l’envahissement de certains lieux naturels par une débauche de tourisme et de commerce.

Publié dans romans policiers

Commenter cet article