Le Bel appétit, de Paul Fournel (France)

Publié le par sabine

Je suis très en retard dans mes avis sur les livres lus (2 livres lus en attente à côté du clavier), mais je ne résiste pas à dire ici un mot du livre de poésie que je viens de découvrir. Son titre est parfait : Paul Fournel ne parle que de choses à manger, mais il en parle tellement bien ! Ce qu'il dit sur la poire me réconcilie avec elle. Je ne sais jamais quand elle est mûre, je me trompe souvent, soit elle est trop dure, soit elle est blette, alors j'ai décidé de m'en passer. Paul Fournel me fait découvrir que je ne suis pas la seule à avoir ce problème : « il n'y a pas d'autre heure pour la poire que l'heure juste de la poire (…) La poire vient seule et à son temps. Elle ignore l'entre autant que l'avant et l'après, et on se doit de l'attendre en tremblant. », et il me donne son secret : « Mais si l'on passe d'heure en heure un doigt timide sur ses courbes, on la sent s'amollir. (...) Il faut vérifier de plus en plus souvent pour ne pas rater le moment. Une heure de distraction, et elle aura le cœur brun, la pauvre blète. Un quart d'heure de précipitation et elle aura gardé son âme ancienne de pierre et de sable (...) »

Tout y passe : le saumon, le mangetout, la banane, le petite beurre LU, les salsifis, les courses, … je n'en suis qu'au début, mais je sais que je vais me régaler.

Ah ! J'ai sauté sur le poème « Chocolat » :

« (...) Alors du chocolat noir il faut savoir ne rien dire.

Il faut le laisser fondre sur la langue,

On peut fermer les yeux, attendre qu'il disparaisse

Et que reste son goût pour un long bon moment.

Se taire (...) »

Paul Fournel choisit d'écrire des poèmes à forme fixe : rondel, villanelle, pantoum, terine (si si!), sonnet (le seul que je reconnaisse), ballade,... Un festin !

Publié dans poésie

Commenter cet article