Le nouveau nom, d'Elena Ferrante (Italie)

Publié le par sabine

C'est le tome 2 de L'amie prodigieuse.

Suite de l'histoire de Lila et d'Elena, racontée par cette dernière. On est toujours à Naples, dans un quartier pauvre, au XXe siècle, cette fois dans les années 60.

Lila, la fille du cordonnier, vient d'épouser Stefano, épicier prospère. Changement de vie : un bel appartement, confort moderne, argent facile. Mais elle a découvert que Stefano s'est allié avec une famille qu'elle déteste, deux frères impliqués dans la mafia. Ayant un caractère bien affirmé, elle fait payer cette alliance à son mari. Ce n'est pas un chemin facile qu'elle choisit...

Elena, elle, est toujours disposée à jouer le rôle de la jeune fille intellectuelle brillante, tout en pensant que c'est presque une usurpation. Elle continue ses études et peut même accéder à l'Université grâce à une bourse. Cela lui permet aussi de s'extraire de son quartier et de sa ville. Elle est toujours secrètement amoureuse de Nino, mais n'ose pas se déclarer. Elle est consciente qu 'elle agit toujours pour essayer de correspondre à ce que Lila ou Nino attendent d'elle. La déception sentimentale sera dure, mais elle s'efforce de rester lisse...

« Dans le monde, tout était équilibre et tout était risque : celui qui n'acceptait pas de prendre des risques et n'avait aucune confiance dans la vie dépérissait dans un coin. Soudain, je compris pourquoi je n'avais pas eu Nino et pourquoi Lila, elle, l'avait eu. Je n'étais pas capable de m'abandonner à de véritables sentiments. Je ne savais pas me laisser entraîner au-delà des limites. Je ne possédais pas cette puissance émotionnelle qui avait poussé Lila à tout faire pour profiter de cette journée et de cette nuit. Je demeurais en retrait, en attente. Alors qu'elle, elle s'emparait des choses, elle les voulait vraiment, se passionnait, jouait le tout pour le tout sans crainte des railleries, du mépris, des crachats et des coups. Bref, elle avait mérité Nino parce qu'elle considérait que l'aimer, cela voulait dire essayer de l'avoir, et non espérer qu'il la veuille. »

Publié dans romans étrangers

Commenter cet article